Fanny ALLOING



IMG 9078-ret- copieFanny Alloing est née en 1962 dans la région nantaise où elle vit toujours. Artiste plasticienne et professeur d’Expression Plastique à l’Ecole de Design de Nantes, elle est fascinée par le corps depuis son enfance. Très jeune, elle pratique la danse de manière intensive et veut la choisir comme métier. Ses parents préfèrent l’orienter vers un cursus « classique » et elle travaillera d’abord dans les ressources humaines. La relation aux autres, les échanges lui apportent beaucoup. Puis le décès d’une jeune tante proche constitue pour elle un choc. Elle quitte le monde de l’entreprise et se forme aux arts plastiques, jusqu’à devenir elle-même enseignante.

Dans ses sculptures, on retrouve le corps, les corps, dont elle dit qu’ils sont « l’expression de l’âme ». Elle nous fait saisir de manière poétique l’instant, la vie, la présence, qu’elle obtient dans un processus créatif intense et complexe. Elle travaille avec des modèles vivants, souvent des danseurs. Mais elle aime aussi choisir des proches ou des personnes rencontrées par hasard, qui la touchent particulièrement. Elle qualifie ces longues séances de pose, au cours desquelles elle fait aussi des photos et des dessins, comme « des moments précieux, hors du temps, fragiles, d’échanges sans les mots, où elle arrive au plus près d’un être … à la recherche de ce que le dehors lui dit du dedans ». Elle crée ainsi des chrysalides grandeur nature en plâtre où elle retrouve l’intention du geste, le détail de la chair, faites de pleins et de vides, impressionnantes, pleines d’humanité.

Lorsqu’elle débute, elle est encouragée par Cécile Nivet, alors Directrice de la Galerie Le Rayon Vert , qui lui propose sa première exposition. Bien d’autres suivront. Fanny Alloing , qui aime particulièrement Piero Della Francesca, Michel Ange et Rodin, mais aussi la danse BUTO, art de la danse japonaise – « danse de l’intérieur », évolue dans ses recherches. Depuis quatre ans, elle travaille la terre. A travers un nouveau processus créatif, encore plus long, encore plus délicat, d’empreinte- l’estampage-, elle réalise des sculptures en raku, d’une grande force, force de la chair, de la matière brute, où les ocres et les bruns de l’alchimie du feu donnent beaucoup d’étrangeté.

Dans les nombreuses expositions auxquelles elle participe, Fanny Alloing associe d’autres modes d’expression – gravures, photos, vidéo. Elle investit les lieux. Elle met en scène ses sculptures, occupant l’espace dans toutes ses dimensions et nous raconte ainsi leur histoire, ou la nôtre. Saluée souvent par la presse, elle a exposé dans de beaux lieux comme Le Pilori à Niort, La Chapelle Saint-Raymond à Audierne, l’Espace Saint-Louis à Bar-le-Duc, le Musée de la Céramique à Malicorne. Elle a déjà été sélectionnée à PULS’ ART et MAC PARIS. Ses pièces font partie des collections du Fonds d’Art Contemporain de la Ville du Mans et du FIAA.