Clémentine de CHABANEIX



Clémentine de Chabaneix

Clémentine de Chabaneix est née en 1972, à Paris, dans une famille d’artistes. Elle a deux enfants et vit à Montreuil.

Elle est immergée dès sa naissance dans le monde des arts, auprès de sa mère comédienne, et de ses grands parents, les sculpteurs Claude et François-Xavier Lalanne. Les nombreuses vacances passées dans leur atelier-maison ont développé chez Clémentine le goût de la fabrication d’objets et celui de la recherche esthétique. Dans ce milieu si enrichissant, elle acquiert aussi une capacité à entreprendre et à expérimenter de nouvelles techniques et en garde la conviction que seule l’idée de départ est primordiale et que la maîtrise de la réalisation suivra. Forte des ces valeurs, Clémentine de Chabaneix connaît une carrière artistique à multiples facettes.

Après une école de théâtre, elle apprend le dessin, la peinture et la sculpture aux Cours Pradier à Paris. Elle sera d’abord comédienne pendant sept ans et aujourd’hui la scène et la musique occupent encore une place importante, puisque l’artiste chante dans un groupe de rock et écrit des chansons en collaboration avec son compagnon - Ingénieur du son, musicien et compositeur.

Très tôt le travail des mains, le façonnage de la matière l’attirent et la poussent à louer un premier atelier dans une usine désaffectée de Montreuil où plusieurs artisans cohabitent. Elle y crée des personnages en résine et métal, qui appartiennent au courant Pop Surréaliste et qui seront présentés par des galeries à Paris, Rome et Los Angeles.

Le désir de posséder son propre atelier la conduit à acheter un ancien café à Montreuil. Avec son compagnon ils travailleront pendant des mois à le transformer en atelier et à lui redonner son lustre d’antan. C’est un endroit lumineux, ouvert sur le quartier, propice à la création. Des sculptures en céramique apparaissent alors dans le travail de l’artiste, modelées en terre, émaillées, d’une grande force poétique. Des dessins aussi les accompagnent ou les précèdent.

Clémentine de Chabaneix est aussi sollicitée pour créer des installations dans des endroits prestigieux tels qu’une soirée nomade de la Fondation Cartier ou le Monastère Royal de Brou. Elle investit les lieux dans une combinaison des matières et des techniques- bois, carton, papier, voile de tulle, photo, vidéo, musique - et y laisse cette empreinte fragile, évoquant le rêve et les fêlures des êtres, si caractéristique de son œuvre.

Elle est représentée par des galeries à Paris, Liège, Nantes, Tours, Rome, Los Angeles, Morgat, où nous l’exposons pour la deuxième fois.